Série 6, épisode 1 : "Cro Magnon - La Folle Histoire du Monde"

Les partenaires
Série 6

Agefiph
Areva
Atos
BNP Paribas
Capgemini
Edenred
EDF
Natixis
Société Générale
Logo achat

Les vidéos
Série 5

Episodes précédents
Episodes suivants

Série 5, épisode 1 : "Héros du quotidien"

Les partenaires
Série 5

Agefiph
Atos
BNP Paribas
Capgemini
Dassault Systèmes
Edenred
EDF
Essilor
Fondation Geodis
Groupe BPCE
Pôle Emploi
Société Générale
Logo achat

Série 3, épisode 1 : "Welcome"

Les partenaires
Série 3

Accor
Atos
BNP Paribas
Capgemini
Dassault Systèmes
Edenred
EDF
Essilor
Fondation Geodis
Pôle Emploi
Safran
Société Générale
Logo achat

Série 2, épisode 1 : "La rencontre"

Les partenaires
Série 2

Accor
ATMB
BNP Paribas
Capgemini
Cofely
Dassault Systèmes
Essilor
Fondation Geodis
GRDF
Microsoft
Pepsico
RTE
Société Générale
Thalès
Logo achat

Le programme

Guillaume Buffet Jérôme AdamLe programme J’en crois pas mes yeux est né de l’association entre Jérôme Adam et Guillaume Buffet. Leur crédo : l’humour pour faire évoluer nos comportements et mieux communiquer quelles que soient nos différences.

 

 

La génèse du programme :

Un jour de mars 2002, Jérôme Adam, un chef d’entreprise qui a perdu la vue à l’âge de 15 ans, se rend à un rendez-vous en métro.

Pour s’assurer de sa correspondance, il demande à une femme qui passe près de lui : « Pouvez-vous me lire sur le plan à quelle station je dois changer pour aller à la Défense, s’il vous plaît ?« 

La réponse qui arrive n’est pas exactement celle que Jérôme attendait…

« Si vous aviez un chien guide« , lui répond la femme, « vous n’auriez pas eu besoin de me poser cette question !« .

Pris d’une immense envie d’éclater de rire, Jérôme ne peut s’empêcher de répondre : « mais les chiens ne savent pas lire, Madame, … ».

Depuis ce jour, Jérôme est persuadé que l’humour est la voie à emprunter pour combler le fossé qui sépare les valides et les personnes handicapées.

Etude Crédit AgricoleCar, comme le démontre cette enquête réalisée en 2009 auprès des salariés du Crédit Agricole SA, les personnes handicapées ne font pas peur. Loin de là. Nous aimerions tous nous sentir plus à l’aise… mais c’est de notre propre maladresse dont nous avons peur.

En un mot, c’est en apprenant à nous comprendre que nous réussirons à nous comporter. 

Voilà comment est né le projet J’en crois pas mes yeux.

Non pas un projet de « sensibilisation » au handicap. Non. Mais un projet qui vise à créer du lien. Et quel meilleur vecteur que l’humour pour y arriver !

C’est en octobre 2010 qu’a été lancée la série 1 de J’en crois pas mes yeux. 12 premiers épisodes consacrés au handicap visuel et plus particulièrement à la cécité.

En novembre 2011 une nouvelle série, consacrée aux handicaps physiques et invisibles, voit le jour sous forme d’une film d’une trentaine de minutes composé de 10 épisodes.

 

Les objectifs du programme :

Série après série, l’objectif de J’en crois pas mes yeux reste le même : rapprocher grâce à l’humour. 

J’en crois pas mes yeux est une initiative privée, soutenue par des entreprise. Elle n’a pas pour vocation à se substituer aux campagnes de sensibilisation publiques. Loin de là. 

Jérôme Adam et Guillaume Buffet se disent que si, Grâce à J’en crois pas mes yeux, quelques personnes peuvent chercher se qui se cache derrière les apparences des gens qu’ils cotoient, que si l’un des épisodes donne envie de découvrir des gens différents, leur « pari » est déjà gagné. 

Les objectifs plus concrets peuvent-être décrits de la façon suivante :

  • Créer du lien entre personnes valides et handicapées,
  • Accepter les différences,
  • Lever le sentiment de maladresse,
  • Echanger sans tabou,
  • Eviter de penser à la place de l’autre,
  • Mieux se comprendre,
  • Savoir comment se comporter.

Des « séries », pour quoi faire ?

J’en crois pas mes yeux a « naturellement » commencé en se penchant sur le handicap visuel (série 1).Cette première série a été suivie d’une seconde consacrée aux handicaps physiques et invisibles. Mais les fondateurs ne souhaitent pas « cataloguer » les handicaps et encore moins les personnes handicapées. C’est pourquoi la Série 3 se focalise plus sur les relations en entreprises entre salariés, handicapés ou non…

En multipliant les exemples (plusieurs dizaines de situations), les approches (du très décalé au plus didactique), les modes de communication (de la saynète d’une minute au film de 30 minutes), J’en crois pas mes yeux cherche à proposer des éclairages qui correspondront à l’état d’esprit, au niveau de maturité, aux attentes de chacun, en entreprise, comme aurpès d’un plus large public.